The gallery Jérôme Pauchant is pleased to invite you to the opening of the next exhibition "ZERO" on Thursday May 17, 2018 from 6 to 9 pm.

"ZERO", a frontal opposition objecting the act of painting or the traditional ways to paint, with Simon Laureyns, Renaud Regnery and Daniel Buren as a special guest, highlights the possibilities of renewed creation as close as possible to the zero degree of a plastic work.

Choosing to invite Daniel Buren makes sense in the historical engagement of his first paintings with white and grey stripes in 1967, wishing to get nearer to a "minimum or zero or neutral composition". To present a recent work (2016) by Daniel Buren is a mean to show how in 2018 the idea of the degree zero of painting is still vivid and used with vigor.

One of the two artists Simon Laureyns and Renaud Regnery preoccupations is also being opposed to the act of painting. Confronted to the problem of the painting's presence, they offer an answer with distinctive means. They refuse to create ready-made and try to reduce as much as possible the painter's practice in the material they use and in the composition of their works, while trying to reach a strong and immediate pictoriality, with no pathos but somehow sensitive.


 


La galerie Jérôme Pauchant est heureuse de vous inviter au vernissage de l'exposition "ZERO" le jeudi 17 mai de 18h à 21h.

Dans une opposition frontale, une objection à l'acte de peindre et aux médiums traditionnels de la peinture, cette nouvelle exposition "ZERO" (18 mai - 16 juin) avec Simon Laureyns, Renaud Regnery et Daniel Buren en invité spécial, met en lumière des possibilités de création renouvelées, s'approchant autant que possible du degré zéro de l'oeuvre plastique.

Le choix d'inviter Daniel Buren prend son sens, à travers son engagement historique dans ses premières peintures sur tissu rayé blanc et gris à partir de 1965, dans la volonté d'approcher « une composition minimum, ou zéro, ou neutre». Présenter une pièce récente (2016) s'impose comme le moyen de montrer comment, en 2018, cette idée d'un degré zéro de la peinture est encore vivante et énergisée par cet artiste fondamental.

L'opposition au geste de peindre est une des préoccupations des deux artistes Simon Laureyns et Renaud Regnery. Confrontés à cette problématique de «l'encombrante peinture», ils tentent d'y répondre, dans leur pratique, par des moyens tranchés. Refusant l'idée de ready-made, ils visent à réduire le plus fortement possible la pratique du peintre, tant dans les médiums que dans les compositions, tout en cherchant à accéder à une picturalité forte, immédiate, sans pathos et toutefois sensible.