May 19 - June 3, 2017

Aurélie BELAIR - amuleto

-

Aurélie Belair (1987)
amuleto
19 mai - 3 juin 2017
Vernissage le 18 mai de 18h à 21h



« It's all in the nerves. The nerves that tense and relax as you approach the edges of companionship and love. The razor-sharp edges of companionship and love. »


 


« Le secret est dans les nerfs. Dans les nerfs qui se tendent et s’étirent pour atteindre les limites de la sociabilité et de l'amour. Les limites aiguisées à faire peur de la sociabilité et de l'amour. »


Amuleto, Roberto Bolaño, 1999


 


Aurélie Belair (born in 1987, France) lives and works in Burgundy and Paris. Graduated from the National School of Fine Arts in Dijon in 2009, under Marc Camille Chaimovicz's mentoring, she has since participated to numerous group exhibitions such as the Salon de Montrouge in 2011, the Young European Photography Festival and « Les Voyages des Onironautes » organised by Projective City, based in New York and Paris, as well as solo exhibitions including the association Premier Regard in 2012, supported by Anne Martin Fugier. In 2015, Aurélie Belair is finalist of the Talents Contemporains Price for the Foundation François Schneider. The pictural work she develops is at the boundaries of sculpture, which the art critic Laure Jaumouillé qualifies as « Prehistory of discourse ».


 


Aurélie Belair (née en 1987, en France) vit et travaille en Bourgogne et à Paris. Elle est diplômée de L'École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Dijon en 2009, sous le mentorat de Marc Camille Chaimovicz. Depuis 2009, elle a participé à de nombreuses expositions collectives dont le Salon de Montrouge en 2011, le Festival de la Jeune Photographie Européenne et « Les Voyages des Onironautes » organisé par Projective City basé à New-York et à Paris, et d'expositions personnelles dont la galerie de l'Association Premier Regard en 2012, soutenue par l’historienne et écrivain Anne Martin Fugier. En 2015, Aurélie Belair est finaliste pour le Prix Talents Contemporains de la Fondation François Schneider. Elle développe une pratique picturale aux frontières de la sculpture, que la critique d’art Laure Jaumouillé qualifie de « Préhistoire du Discours ».






Photos : Claire Dorn