January 13 - March 18, 2017

Silence, Genious at work

-


The galerie Jérôme Pauchant is pleased to present the first duo exhibition in France of Simon Laureyns (1979) and Manor Grunewald (1985), entitled 'Silence, Genious at work' from January 13 to March 11, 2017.


The title directly comes from a found object, a random sticker on a door of a comic figure sitting at a desk with piles of study books. Above the comic are the words 'Silence, Genious at work' which is a straight reference to its studying aspect. This is Laureyns and Grunewald?s interpretation of the art practice itself and the myth or the romantic idea of the artist seen as a sublime or idealized human being. On the other hand it shows self-relativization of the artist practice in our current time. The sticker itself, partially torn, ripped off, is the testimony of time.


Simon Laureyns?s 'Billboard' paintings have a direct link to found imagery. His works are made of huge billboard posters he tears off in the streets and collects in the studio. When selected and stretched backwards they lose their function and what remains is the blue-layered backside that is free for interpretation. The paintings are not formalist, nor narrative, they are realistic and connected to real life.


Manor Grunewald's sculptures in the exhibition are made from standard Ikea 'Hyllis shelve systems' he uses in different volumes and set-ups when exhibited. The sculptures have a link to minimal art and play with repetitive, modular forms that could refer to sculptors like Donald Judd. But at the end, they are still just functional archival shelves when extracted from an exhibition context. Some contain plain white archival boxes or other elements linked to conservation. It could be seen as an analog external hard disk that holds a wide range of source material for his paintings.The painting illustrates active hands and can be seen as a 'relic' from the 'Genious' figure itself.


Here, the gallery seems to become a sterile lab, minimal and clinical, where Grunewald's sculptures/shelves act like standard space furniture sitting between light yellow walls, the exact same color as his painting, suggesting a professional showroom, a mastered creation process, whereas Laureyns? big light blue mural pieces are possible windows onto the outside?


Before this first time collaboration in Paris, Simon Laureyns and Manor Grunewald have worked together in previous projects and exhibitions (Incubate, Tilburg, 2015; Fool from the Kingdom, Antwerp, 2011 or Friendly Fire, Antwerp, 2010) and this is a great opportunity to see their collaboration in Paris.


 


La galerie Jerôme Pauchant a le plaisir de présenter l'exposition Silence Genious at work, qui réunit les nouvelles oeuvres de Simon Laureyns (1979) et de Manor Grunewald (1985), du 13 janvier au 11 mars 2017.


Le titre trouve sa source à partir d'un objet trouvé, un autocollant qui représente un personnage de bande dessinée assis sur un bureau et entouré de livres. On retrouve au-dessus de celui-ci les mots "Silence, Genious at work" en référence directe à l'aspect studieux qu'il illustre. Laureyns et Grunewald y voient ici une interprétation de l'activité artistique même et le mythe ou l'idée romantique de l'artiste comme  être humain sublimé, idéalisé. Parallèlement, ils montrent comment la pratique artistique doit être relativisée à notre époque, l'autocollant est lui-même partiellement déchiré, arraché, témoin du temps.


Les oeuvres murales "Billboard" (panneaux d'affichage) de Simon Laureyns ont un lien direct avec les images trouvées. Ses oeuvres sont composées de posters de panneaux d'affichage qu'il arrache dans la rue et ramène jusqu'à son atelier. Une fois sélectionnés et montés à l'envers, ils perdent leur fonction première, laissant le dos de strates bleues libre à toute interprétation. Pour l'artiste, les oeuvres ne sont ni formalistes ni narratives, mais réalistes et connectées au réel.


Les sculptures de Manor Grunewald présentées ici sont créées à partir des systèmes d'étagères standard « Hilly » de Ikea, aux volumes et présentations altérés. En référence à l'art minimal, elles jouent sur les formes répétitives et modulaires à l'instar de Donald Judd. Une fois extraites de leur contexte de présentation, elles restent néanmoins des étagères d'archivage fonctionnelles. Certaines sont composées de simples boîtes d'archivage blanches ou autres éléments de conservation. Elles pourraient aussi bien être vues comme des disques durs externes qui contiennent un large panel de sources matérielles pour ses travaux. La peinture, qui montre des mains en action, peut être interprétée comme une relique du personnage de «génie».


Pour ce projet, la galerie prend l'apparence d'un laboratoire stérile à l'aspect minimal et clinique, où les sculptures-étagères de Manor Grunewald sont un mobilier standard d'espace de travail présenté entre deux murs peints en jaune clair - la même teinte que sa peinture - évoquant un espace de démonstration professionnel, un processus de création maîtrisé, alors que les grandes oeuvres murales bleu ciel de Simon Laureyns sont potentiellement des fenêtres vers l'extérieur...


Avant cette première collaboration à Paris, Simon Laureyns et Manor Grunewald ont déjà travaillé ensemble sur divers projets et expositions : Incubate, Tilburg, Pays-Bas ; Fool from the Kingdom, Anvers, 2011 ou Friendly fire, Anvers, 2010.