STUDIO MARLOT & CHOPARD

> Studio Marlot & Chopard

Marlot & Chopard Studio is a French duo artist working with photography and video since 1996. Their work questions natural or urban landscape and architectural heritage, but is also about dreaming and the atmosphere the night can provide.
Remy Marlot was born in 1972 and studied photography with the curators of the Niépce Museum in Châlon-sur-Saone, France before studying at the School of Fine Arts in Dijon, France and La Sorbonne, Paris.
Ariane Chopard-Guillaumot was born in 1974. She studied philosophy in the  high-level Khâgne degree in Dijon before graduating in Aesthetics at the Université Paris 8. Additionally she is the author of several texts including a text about their video work published at the Analogues Editions and more recently for the Parisian Jeu de Paume Museum on-line magazine and for the Heritage Center of Montauban, France.
The Marlot & Chopard Studio hold their first exhibition in the gardens of the Zadkin Museum in Paris in 1996 and in other several art centers in France. They then create a photographic series (Untitled, 2002) at the occasion of the National Exhibition in Swizerland (Expo02) in Morat. In 2006, the contemporary art center Le Passage in Troyes presents their solo exhibition showing, among others, the series The Black Houses, where several prints are acquired by the National Contemporary Art Collection  (FNAC) and the Regional Collection (FRAC) of Haute-Normandy The series Black Churches and the first shots of The Valley, most iconic among their work, are produced by the end of 2008 during a residency in Rhineland-Palatinate. The Black Churches will then be shown in several museums: the Kunshalle in Mainz, Germany, the Museum of the Abbey of Saint-Claude, France, the Malraux Museum in Le Havre, the Museum of Fine Arts in Calais; in festivals such as the European Night, European Photographic Identities in Arles, France, the Summer of Photography in Lectoure 2010, France ; and lastly at the Galerie Photo of Pôle Image Haute-Normandie where all the prints are shown together for the first time. The series entitled The Valley will be shown successively at the Museum of the Abbey of Saint-Claude, at the Photography Art Center in Lectoure, at the Museum of La Roche-sur-Yon, France – which besides purchased 6 prints in this series in 2013 – and in the Museum of the Queen Berangere in Le Mans, France.
Rémy Marlot and Ariane Chopard continue today their research on the architectural heritage with the series entitled Opera and Palais, or L'esprit des lieux – Montauban, while also developing their work on the landscape with the series the Paradis artificiels, the Souvenirs d'Italie or Paris-Rouen-Le Havre.
Their work mainly focuses on creating a fantasized territory, using through the series components the reconstruction of imaginary places or the juxtaposition of temporal layers, whose unity is aesthetical above all. Marlot and Chopard are keen to get the emotion that an unexpected encounter with the eeriness of a place can offer, also its significance with a familiar reference  which provides its beauty, by visiting and discovering more and more places without looking back. Indeed, the images cherish multiple references to other art forms, whether it is painting or sculpture, and cinema or music for the videos, as well as personal anecdotal references which lay among the works like a life pattern or a way of being and thinking evolving throughout the possible encounters and other circumstances of life.  
To fix the image is also a way to restore the encounter's richness, to grab a moment of grace and give it back through the photographic object. 

Le Studio Marlot & Chopard est un duo de photographes et vidéastes français qui travaille ensemble depuis 1996 autour des questions du paysage naturel ou urbain, du patrimoine architectural, mais aussi des rêves et de la nuit.
Rémy Marlot est né en 1972. Il a étudié la photographie avec les conservateurs du musée Niépce, avant de poursuivre ses études à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Dijon, puis à Paris 8 et la Sorbonne. 
Ariane Chopard-Guillaumot est née en 1974. Elle a étudié la philosophie en khâgne, à Dijon avant d’obtenir une maîtrise d’esthétique à Paris 8. Elle est également l’auteur de textes critiques sur l’œuvre dont un texte sur les vidéos du Studio aux éditions Analogues et plus récemment, pour le magazine en ligne du Jeu de Paume et le centre du patrimoine de Montauban. 
Après une première exposition dans le jardin du Musée Zadkine en 1996 et divers centres d’art, le Studio Marlot & Chopard réalise la série de photographies Sans titre en 2002 pour l’Exposition Nationale Suisse (Expo02) à Morat. En 2006, le centre d’art contemporain Passages à Troyes lui consacre une exposition qui présente notamment la série des Black Houses, dont plusieurs tirages sont acquis par le FNAC et le FRAC Haute-Normandie. Fin 2008, lors d’une résidence en Rhénanie-Palatinat les séries Black Churches, et les premières images de la série The Valley, emblématiques de leur travail, sont réalisées. Les Black churches seront ensuite exposées dans divers musées (Kunsthalle de Mayence, musée de l’Abbaye à Saint-Claude, musée Malraux du Havre, Musée des beaux-arts de Calais) festivals (Nuit de l’Europe, Identités photographiques européennes à Arles, L’été photographique de Lectoure 2010) ainsi qu’à la galerie Photo du Pôle Image Haute-Normandie où l’ensemble des tirages sera montré pour la première fois. La série The Valley sera successivement exposée au musée de l’Abbaye de Saint-Claude, au centre de photographie de Lectoure, au musée de la Roche-sur-Yon qui en a acquis 6 tirages en 2013 et au musée de la Reine Bérengère du Mans.
Aujourd’hui, Rémy Marlot et Ariane Chopard poursuivent une partie de leurs recherches autour du patrimoine architectural avec des séries comme Opéra et Palais ou L’esprit des lieux- Montauban, tout en déve-
-loppant leurs travaux sur le paysage avec les Paradis artificiels , les Souvenirs d’Italie ou Paris-Rouen-Le Havre.  
Leur travail consiste principalement dans la création de territoires fantasmés, jouant par la composition des séries tant sur la reconstruction de lieux imaginaires que sur la juxtaposition de strates temporelles dont l’unité est avant tout esthétique. Parcourant toujours de nouveaux territoires sans a priori ni revenir sur leurs pas, ils recherchent essentiellement l’émotion que produit la rencontre inattendue avec l’étrangeté d’un lieu et sa résonance avec leurs propres références, ce qui fait sa beauté. Leurs images se nourrissent en effet de références multiples aux autres arts, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, de cinéma ou de musique pour les vidéos, mais aussi de références personnelles plus anecdotiques qui dessinent ensemble au fil des œuvres tant un parcours de vie qu’une façon d’être et de penser qui évolue au fil des rencontres et des hasards de l’existence. Fixer l’image, c’est aussi une manière de restituer l’intensité de la rencontre, de saisir un moment de grâce et de le rendre à travers l’objet photographique.