Lyes HAMMADOUCHE (1987)

Lyes Hammadouche arrives in France at the age of 6 and gets a degree in Arts Décoratifs school in Paris in 2013. His work gets particularly noticed in 2015, when he is invited at the Collège des Bernardins. Fascinated by sciences and hypnosis, he currently works on a PhD on the hypnotic inductions principles linked to plastic production (under the care of Samuel Bianchini, artist, professor and researcher at Ensad and Jérôme Sackur, researcher in cognitive sciences at ENS). 

With an exceptional  technical expertise, using laser and organizing complex mechanisms, Lyes Hammadouche creates units of pure and hypnotic beauty. His works in motion evoke extended temporality and question the human and social cycles, the rhythms of life, of sleep and of the subconscious.

Lyes Hammadouche scrutinizes, manipulates and challenges the various representations of times in his works: meditative objects offering philosophical and metaphysical wanderings in an era where efficiency and productivity are undisputed. The artist draws his inspirations from the technique of hypnotic induction, which encourages relaxing, in order to build devices acting as an ambush to the viewer. He plays with three different meanings of Time: qualitative and measurable time (hours, minutes, seconds), metaphysical time which is by definition intangible and qualitative, and cyclic time, which rules the universe and nature.
His pieces, moving sculptures, filmed devices or videos, can be seen as speculative objects that could typically be found in the modern man's cabinet d'amateur. Always in a state of equilibrium between the suggested experience and the materials he uses (wood, water, sand or light), Hammadouche places the viewer in between, in a transitional position between the scientific observation and daydream.

Gaël Charbau.
Art critic and curator

 

Lyes Hammadouche arrive en France à l'âge de 6 ans et sort diplômé des arts décoratifs de Paris en 2013. Il est particulièrement remarqué en 2015 alors qu'il est invité par le collège des Bernardins pour une carte blanche. Fasciné par les sciences et l'hypnose, il réalise actuellement une thèse de doctorat PSL-SACRE portant sur les principes d'inductions hypnotiques liés aux productions plastiques (sous la tutelle Samuel Bianchini, artiste et enseignant-chercheur à l'Ensad et Jerôme Sackur, chercheur en sciences cognitives à l'ENS).

Avec un savoir-faire technique hors du commun, maniant le laser et agençant les mécanismes complexes, Lyes Hammadouche crée des modules d'une beauté à la fois épurée et hypnotique. Ses oeuvres en mouvement s'inscrivent dans une temporalité étendue et interrogent les cycles sociaux et humains, les rythmes de la vie, du sommeil et de l'inconscient.

«Lyes Hammadouche dissèque, manipule et défie les différentes représentations du temps dans des oeuvres qui sont des objets méditatifs offrant un voyage philosophique et métaphysique dans une ère où l'efficience et la productivité sont reines. L'artiste s'inspire des techniques d'induction hypnotique qui incitent l'individu à se détendre, à se relaxer pour construire des dispositifs qui fonctionnent comme des pièges pour le spectateur. Il joue sur trois axes de définition du Temps : le temps quantitatif et mesurable (heure, minutes, secondes), le temps métaphysique, par définition impalpable et « qualitatif », et le temps cyclique qui régit l'univers, la nature.
Ses constructions, qui prennent la forme de sculptures en mouvement, de dispositifs filmés, ou directement de vidéos, s'envisagent comme des objets spéculatifs qui auraient toute leur place dans le cabinet d'amateur de l'homme moderne. Toujours en état d'équilibre entre l'expérience proposée et les matières utilisées (bois, eau, sable ou lumière), l'artiste nous met dans une position intermédiaire entre l'observation scientifique et la rêverie.»

Gaël Charbau
Critique d'art et commissaire d'exposition